Je suis Community Manager

Par défaut

Il y a 7 ans, je commençais mon premier stage en communication, en tant qu’animatrice des réseaux sociaux. J’y ai découvert et appris mon métier de cœur : Community Manager.

Depuis, je l’ai exercée en tant que « chargée des réseaux sociaux », « animatrice réseau ». Et j’ai développé des compétences en graphisme, en stratégie de communication, en formation, en développement web, … un véritable couteau suisse.

Lors des 2 derniers mois, le site Journal Du CM a publié via la voix de Laurent Bour 2 articles présentant les compétences, qualités et problématiques du métier de Community Manager. Je vous propose cette infographie pour résumer ces 2 articles, en lien ci-dessous.

Être animateur réseau (Community Manager) 1/3

Veille
Par défaut

C’est s’occuper d’un réseau, un réseau d’hommes et de femmes avec des fragilités, des faiblesses, des bontés, des bonheurs, des forces, des envies, une chaleur dans les mots, de l’inconstance, etc.

Et l’animer, c’est le rendre vivant, actif, lui donner la vie, le créer et le garder en vie, lui donner du souffle, le remotiver, etc.

Principe 1 : sans information, pas de communication

La communication, en général, consiste à transmettre des informations de tout ordre : faire acheter un produit, en vanter ses mérites, donner à penser qu’une personne politique est bonne à être élue, qu’une ville, un musée doivent être visités, que tels aliments sont bons / mauvais pour la santé, etc.

Cela se base sur une information : tel produit nous aide à chauffer la nourriture, sans coller à la poêle. Mais comment savoir, obtenir cette information ?

En la cherchant, en s’informant, en prenant soi-même son bâton de pèlerin pour aller à la pêche aux informations.

Et les informations, ce sont aussi les bonnes idées des concurrents ou leurs erreurs.

Il est intéressant d’être en veille pour appliquer à soi ce que les autres font, s’en inspirer, copier et adapter à son secteur d’activité, éviter les erreurs, faire mieux que le voisin, anticiper des réactions, etc.

La communication demande d’être curieux, de vouloir voir ailleurs, faire naître de nouvelles idées, innover, tester, lire des critiques de film, des commentaires sur tel personnage public, etc.

Grâce aux réseaux sociaux, cette veille est accessible à tout le monde, pour tout le monde, par tout le monde et sur tous les sujets. Il existe autant de médias sociaux que de sujets à veiller, traiter, partager, analyser, tester, etc.

Par cette profusion, il peut être utile de se poser quelques instants et réfléchir à ce que l’on veut suivre, surveiller. Ensuite on pourra commencer à déterminer quels outils employer.

Il faut également savoir pourquoi on a besoin d’être en veille, quelles dépenses on est prêt à faire pour une veille optimale, le temps qu’il nous est possible d’y consacrer.

Je vous propose de compléter cet article avec ces 2 articles rédigés précédemment qui détaille la veille, ses outils, sa méthodologie, etc.


« IL N’Y A RIEN DE MIEUX QU’UN CADRE STRATÉGIQUE »


To be continued…