L’auto-entreprise en 2014


Il y a quelques années, un gouvernement français a décidé d’instaurer un nouveau système pour la création d’emploi et d’entreprise : l’auto-entreprise. Le système se voulait éphémère, étant une porte d’entrée aisée pour se lancer dans l’aventure de l’entrepreneuriat.

Bref, ce système est tellement facile à souscrire que l’on compte presque 1 million d’auto-entrepreneurs en 2014 !

Car oui, devenir auto-entrepreneur est très simple. Le rester durablement est une autre paire de manche.

S’inscrire en tant qu’auto-entrepreneur peut ne prendre que quelques heures, voire quelques minutes. En allant sur le site www.lautoentrepreneur.fr, en quelques clics, c’est fait.

site_autoentrepreneur

Le site est complet. On y trouve toutes les explications inhérentes à ce statut, mais aussi des facturiers ou des modèles de tableaux de compte.

Cependant, après un an d’auto-entreprise dans les secteurs du web et de la communication, le statut se révèle intéressant car peu difficile à gérer et à mettre en place. Ce qu’il ne faut pas oublier, c’est qu’être auto-entrepreneur, c’est devenir chef d’entreprise. Et un chef d’entreprise a une tonne de devoirs et rares sont les droits avantageux.

Mais quelle aventure que celle de l’auto-entreprise ! Créer son propre emploi, être son unique référent ! Pourtant quelle solitude, devoir être à la fois comptable, communicant, VRP et manager ! Ce n’est donc pas étonnant que de nombreux entrepreneurs ne s’en sortent pas, car ils sont peu nombreux à se dégager un salaire ou un revenu fixe supérieur au SMIC.

Mais je ne regrette pas. Et aujourd’hui je suis prête à passer à l’étape suivante : la micro-entreprise.

Malgré les difficultés pour la gestion, je suis prête et pour cela, j’ai travaillé un point que l’on oublie quand on surfe sur le site de www.lautoentrepreneur.fr : le Business Plan. Certes, il n’est pas indispensable pour se déclarer auto-entrepreneur. Pourtant créer son entreprise, c’est réfléchir à un projet et sans ce projet, l’auto-entreprise ne pourra survivre.

J’ai ainsi lu l’oeuvre-phare des Business Models, puis travaillé sur le canvas avec ce document préparé par la CCI de France.


Maintenant à vous de jouer ! Un peu peur ? Alors ne lisez pas cet interview très intéressant.

Laisser un commentaire